Relation amoureuse

Quelle importance donnons-nous au plaisir de faire l’amour en début de relation ?

Les historiens ont longtemps pensé que les êtres humains ne copulaient à la préhistoire que pour assurer la reproduction de l’espèce. Nos prédécesseurs n’avaient pas d’images de corps sculpturaux à renvoyer, ni de compétition à savoir qui était le plus riche, le plus influent ou le plus séduisant. Comment nos ancêtres auraient-ils pu ignorer cette dimension jouissive de la vie ? Est-ce pour assurer le renouvellement de l’espèce que les êtres humains étaient dotés de ces capteurs de plaisir charnel ? Malheureusement, nous n’avons pas reçu le mode d’emploi et nous exploitons parfois notre cadeau au lieu d’en prendre soin. Quelle importance donnons-nous à la relation sexuelle dans le couple, au début et plus tard ? Y trouvons-nous du plaisir ? En parlons-nous ? Voulons-nous intensifier notre plaisir sexuel ensemble ? Quelles pistes pouvons-nous explorer ?

Quelle importance donnons-nous à la beauté physique dans les relations amoureuses ?

Les médias lui donnent-elle trop de poids ? Préférons-nous un ou une partenaire à la beauté plastique irréprochable pour nous rassurer sur notre valeur face au regard des autres ? Sommes-nous tombé.e sur le gros lot, épris.e d’un être d’une beauté exceptionnelle ? Hommes et femmes n’ont pas le même rapport à la réalité visuelle. Est-ce uniquement culturel ou les hommes sont-ils naturellement attirés par la beauté d’une femme et par le soin qu’elle prend d’elle-même ? Cela pourrait-il venir de notre nature préhistorique dans laquelle l’homme devait être attiré par la femme pour assurer la reproduction de la race en s’attachant assez à elle pour assurer la subsistance de leur descendance ? Vivons-nous avec le corps de l’autre ou sa personne entière ?

Dans l’élan amoureux, par quoi sommes-nous charmés ?

Qu’est-ce que l’on trouve sexy chez l’autre ? Aimons-nous un « autre » affirmé, à l’aise avec son physique, sa tête et sa libido, et aussi tendre, humain ? Quelles sont les qualités les plus désirables chez un.e partenaire, son intelligence, sa gentillesse, sa droiture, son humour, sa chaleur humaine, son originalité, ses attentions personnalisées, son expression directe, son sourire sincère, sa simplicité, sa spontanéité, sa capacité d’action, son empathie, quoi d’autre ? Sommes-nous sensibles à un homme attentif aux enfants ? Recherchons-nous la complicité ? Dans le jeu de la séduction, jouons-nous un jeu ou nous sentons-nous libre et nous-même ?

Quelle est notre vision du couple ?

« Le couple parfait c’est celui qui se parle comme des meilleurs amis, se dispute comme mari et femme, joue comme des enfants et se protège comme frère et sœur. » Est-ce notre vision du couple ? Qu’aimons-nous dans notre relation ? Se raconter notre quotidien, nos joies, nos peines, nos préoccupations ? Avons-nous envie de nous sentir comme frère et sœur ? Mari et femme engagés dans le meilleur et malgré les difficultés ? Père et mère adultes et responsables ? Meilleurs amis et confidents ? Enfants joueurs ? Meilleurs amants ?

Après l’élan amoureux, dans quoi s’ancre le sentiment d’amour ?

Malgré le temps qui passe, qu’est-ce qui nous fait craquer chez l’autre ? Son apparence, son corps et son contact physique, sa libido, son intelligence, sa sensibilité, son organisation, sa culture, son aisance financière, autre, ou son entier ? Avons-nous envie d’un équilibre sain de notre relation de couple dans toutes ses dimensions ? Des qualités humaines, intellectuelles, créatives, une beauté d’âme, une sensibilité, gestuelle, histoire, capacité à agir pour faire de ses rêves une réalité, quoi d’autre ? Attendons-nous dans l’échange, stimulation et reconnaissance l’un de l’autre sous toutes les formes, intellectuelles, sentimentales et sexuelles ?

Dans le couple, qu’est-ce que nous valorisons ? Quelle place donnons-nous à la relation ? Est-ce pour nous un lien idéal pour connaître l’autre et être connu ? Valorisons-nous l’échange profond des émotions et sentiments, respect, tendresse, tolérance, amour et attention mutuelle ?Avons-nous envie de justesse, d’honnêteté, de vérité et de rires ? Recherchons-nous un.e chéri.e présent.e à nos côtés, un lien à la fois paisible, mouvementé et constructif ? Attendons-nous du soutien dans nos projets et du réconfort dans nos doutes, dans l’action et dans l’intime ? Attendons-nous que l’autre soit capable de comprendre la raison de notre silence ? Sommes-nous capable de comprendre la raison du silence de l’autre ?

La relation de couple stimulante nous fait naître à nous-même.

Simone de Beauvoir nous dit « On ne naît pas femme, on le devient ». Un homme a-t-il posé son regard sur nous en tant que telle, avec amour et bienveillance, acceptant de nous écouter avec notre sensibilité féminine, sans nous interrompre ? En quoi cela nous a-t-il aidé à devenir femme ?

On ne naît pas homme ou femme,
on le devient, grâce à l’amour, la bienveillance et la patience de l’autre.

Si une femme a besoin d’un homme pour devenir femme, la réciproque est vraie : un homme a besoin d’une femme pour devenir homme. Une femme nous a-t-elle permis de nous reconnecter à notre sexualité sacrée, notre sensibilité, notre authenticité et notre entier ? En quoi cela nous a-t-il aidé à devenir homme ? Pensons-nous que les hommes doivent être virils et efficaces ? Nous comportons-nous parfois comme dans une cour d’école à prouver que nous sommes le plus beau et le plus fort ?

Comme femme, attendons-nous la protection de notre compagnon ? Traitons-nous notre chéri comme une maman protectrice et organisatrice ? Laissons-nous notre homme avec ses exigences de petit garçon qui veut qu’on prenne soin de ses besoins vitaux et sexuels ? Avons-nous conscience de l’importance de notre rôle d’initiatrice à la vie intérieure et la sexualité sacrée de notre chéri ?

Nous sentons-nous heureu.x.se ou frustré.e dans notre relation ? Pouvons-nous faire face à notre chéri.e avec assertivité ? Rêvons-nous d’une relation d’égal à égal ? Aimerions-nous rencontrer un.e partenaire entier.e ?

Comment communiquons-nous ?

Quelles sont nos attentes et nos besoins envers notre partenaire, les assumons-nous ? Les avons-nous exprimés ? Connaissons-nous les besoins et envies de notre chéri.e ? En avons-nous parlé ? Faisons-nous des demandes claires à notre alter ego, en nous assurant qu’il nous a entendu ? Avons-nous uneécoute active réciproque, sans jugement, sans attendre toujours de réponse, juste être écouté et reçu ? Gardons-nous des secrets ? Est-ce que nous nous livrons, nous nous apprenons ? Est-ce que nous nous trompons dans nos paroles ou nos pensées ? Avons-nous besoin de transparence pour créer un vrai lien, pouvoir être et se dire comme nous sommes tout en gardant notre jardin secret si besoin ? Voulons-nous tout nous dire, même l’inavouable, tout en ayant le droit de cultiver notre jardin secret ? Avec le temps qui passe, avons-nous envie de tout partager avec notre conjoint ?

Nous sommes tous les deux responsables de la relation.

Dans la relation, pouvons-nous dire ce qui est bon ou mauvais en soi ?Est-ce que nous voyons les déclencheurs de nos réactions pour prendre du recul et rester responsable de notre part dans la relation ? Acceptons-nous notre part de responsabilité quand la relation traverse une crise ? Avons-nous conscience que la relation n’existe qu’à deux, même si l’autre a des comportements blessants, voyons-nous comment notre réaction favorise le processus ? Pouvons-nous changer de réaction pour modifier le déséquilibre qui ne nous convient pas ? Partir du principe que tout est de la faute d’un seul peut-il aboutir à une solution ?

Aimer nous donne des désirs, des devoirs et des responsabilités, mais aucun droit sur l’autre,
juste l’espérance d’être aimé.e en retour et de recevoir ses cadeaux d’amour.

Est-ce cela qui rend la relation d’amour si difficile ?

Une relation d’amour authentique apaise.

Comment nous sentons-nous dans notre relation ? Nous sentons-nous fondamentalement apaisés et en sécurité, même dans les moments de crise ? Notre amour est-il bienveillant, prévenant et patient ? Apporte-t-il de l’équilibre ?Avons-nous envie de nous sentir protégé ? Avons-nous envie de protéger l’autre du reste du monde ? Regardons-nous notre chéri.e dans toute sa beauté, sa force, son intelligence, sa sensibilité, son humour, mais aussi dans toutes ses impasses, ses souffrances et ses complexes, dans la réalité concrète de la vie ? Pensons-nous « Qu’est-ce que j’ai de la chance de l’avoir rencontré.e ! » ? Avons-nous envie de construire avec son tout, en étant nous-même, grâce au dialogue et à l’attention bienveillante réciproque, dans l’amour ? Nous respectons-nous et respectons-nous l’autre dans ses besoins fondamentaux ? Nous reconnaissons-nous dans nos limites ? Comment nourrissons-nous nos sentiments partagés ? Nous offrons-nous un environnement assez sécurisé et assez ouvert ? Apprenons-nous à aimer l’autre et à tout lui donner en nous aimant et en nous respectant nous-même ? Notre relation nous permet-elle, à tous les deux, de nous développer chacun dans notre entier en liberté, dans le respect, la bienveillance, l’autonomie et l’indépendance ?

Recherchons-nous une relation fidèle à long terme ?

Même si nous avons parfois du mal à l’admettre, avons-nous envie d’une relation engagée dans laquelle nous pouvons nous montrer sous notre meilleur jour et nous livrer dans notre plus triste misère ? Quels sont les fondamentaux de notre relation, fidélité, amour, dialogue, engagement ? Notre histoire partagée nous fait-elle nous sentir unique l’un pour l’autre ? Ressentons-nous le sentiment d’amour vrai ? Ressentons-nous encore l’émotion amoureuse ? Sommes-nous attentifs à nourrir l’émotion amoureuse, concrètement ? Par des attentions tendres, des messages et des actions émoustillantes ? Avec des moments intenses et des périodes calmes ? Parlons-nous de notre relation et de nos besoins de la garder vivante ? Comment faisons-nous attention à façonner ce fragile équilibre sur le long terme ?

Pourquoi s’engager ?

Nous engager c’est d’abord choisir notre chéri.e dans sa différence, ses besoins, son altérité, sa résistance et parfois avec un effort surhumain. Mais l’amour donne des ailes. L’engagement nous aide-t-il à nous ouvrir et nous livrer ? Osons-nous plus nous montrer vulnérable quand nous nous sentons en sécurité dans notre relation ? Avons-nous déjà trompé ? Avons-nous déjà été trompé.e ? Cela a-t-il créé un poids dans la relation ? Quel sentiment cela nous a-t-il laissé ?

Avec l’engagement, avons-nous vécu des moments désagréables sur le court terme tout en ressentant une satisfaction profonde sur le long terme ? Sentons-nous que l’amour évolue et grandit chaque jour ? Est-ce que la conscience et le respect profond l’un de l’autre apporte de la plénitude dans notre couple ?

Dans l’engagement, le but n’est pas de faire plaisir à l’autre à court terme, le but est de nous sentir assez vivants
et attachés pour avoir envie de continuer l’aventure ensemble jusqu’à notre dernier souffle.

Nous sentons-nous l’amant ou la maîtresse de notre conjoint ?

Comment nous sentons-nous dans notre intimité sexuelle ? Nous faisons-nous confiance ou avons-nous peur du sida et des maladies sexuellement transmissibles ? Prenons-nous le temps de nous respecter, sans chercher la performance, mais le plaisir de nous découvrir et nous apprendre dans nos entiers, avec une profonde satisfaction, dans l’échange ?

Comment vivons-nous notre sexualité en couple ?

Sommes-nous entreprenant ? Est-ce que nous préférons laisser notre chéri.e nous stimuler d’abord ? Nous arrive-t-il de nous envoyer des missives ou texto coquins ? Aimons-nous les femmes ou les hommes élégants et un peu sexy en ville, romantiques et très coquins en privé ? La plupart des gens vous diraient qu’en intimité, ils aiment une certaine qualité de vice 😉 Beaucoup préfèrent un.e partenaire à l’aise avec sa nudité et l’exploration de son corps à un.e partenaire sculptural.e, le plaisir de la langue est souvent négligé, et c’est dans le lâcher-prise en résistance offerte que la friandise est la meilleure. Rêvons-nous d’une sexualité épanouie, vivante, mutine, voire érotique et pleine de surprises ? Est-ce que la relation engagée peut favoriser les meilleurs orgasmes, ceux que nous allons chercher dans notre plus profonde affirmation de nous-même ? Est-ce que l’engagement vis-à-vis de notre partenaire aide à atteindre la maturité sexuelle épanouie et jubilatoire ? Continuons-nous à avoir une sexualité vivante après soixante ans ? Lisons-nous des livres[i] pour nous aider ? En discutons-nous avec des proches ?

Une sexualité gratifiante est un facteur majeur de bien-être.

En couple ou célibataire, comment vivons-nous notre sexualité ?Choisissons-nous la masturbation ? Avons-nous différents partenaires ? Combien avons-nous eu de partenaires amoureux ou sexuels ? Qu’avons-nous retiré de chaque échange ? Avons-nous eu plusieurs partenaires en même temps ? Sommes-nous comblé par notre vie sentimentale et sexuelle ? Sommes-nous honnête avec nos partenaires sur nos attentes et notre engagement ? Parlons-nous en ensemble ? Dans la relation amoureuse et sexuelle, sommes-nous clair avec nous-même, nous respectons-nous nous-même et respectons-nous l’autre, satisfaisons-nous nos besoins, sommes-nous à l’aise avec nos comportements ?

Nos sociétés envoient à la femme le message que sa sexualité existe au service de l’homme, ou en réaction, pour son pur plaisir, en consommation. Est-ce heureux ? Les femmes ont autant d’appétit sexuel que les hommes, voire plus, paraît-il, mais peu le découvrent. Tout le monde est perdant.

Si les hommes et les femmes étaient à l’aise avec leur sexualité, étaient capables d’en parler ouvertement en intimité, et avaient envie de s’épanouir ensemble dans leur quête, est-ce que le monde tournerait mieux ?

Changement d’élu.

Certains couples, à force d’être très amis avec leurs ami.es comprennent qu’ils sont avec le mauvais partenaire et changent d’élu.e. Restons-nous en couple pour les mauvaises raisons : sociales, financières, habitude ou autre ? Préférons-nous quitter un couple insatisfaisant ou rester ensemble pour de mauvaises raisons ? Choisissons-nous trop vite de quitter notre partenaire sans faire face à nos limites, et aux siennes, et sans nous enraciner dans l’amour profond ? Sommes-nous satisfait en amour, sexualité, échange intellectuel ? Avons-nous conscience que si l’amour peut nous mener à la plénitude, il sera toujours le chemin le plus difficile car il nous oblige à faire face à nos impasses, ensemble ?

Pourrions-nous développer des applis de couples ?

Il existe plein de sites de rencontres, comme si c’était une finalité, mais en réalité, la rencontre n’est qu’un maigre début. Pourrions-nous créer des applis qui, tous les jours, nous donnent des idées pour envoyer une petite citation câline, un texto osé ou une idée de sortie romantique pour nous aider à nourrir notre relation ?

Connaissons-nous des périodes de crise dans le couple ?

Avons-nous vécu des périodes arides pendant lesquelles les émotions s’étaient planquées sous la banquise, comme une distance entre nous ? Dans ces moments, est-ce que notre lien était toujours fort et ancré ? Le sentiment d’amour existait-il toujours en lame de fond ou remettions-nous en cause notre relation ? Sur quoi nous sommes-nous personnellement appuyé pour nourrir l’échange en attendant le retour des beaux jours ? Quelles qualités nous ont aidé à traverser ces perturbations ? Avons-nous gardé confiance dans l’autre malgré tout ? Si non, avons-nous été capable de retrouver cette confiance ? En avons-nous parlé ?

Que partageons-nous avec notre aimé.e et quelle sphère vivons-nous avec d’autres personnes ?

Julie m’a dit récemment : « Depuis que j’ai compris qu’il discute marché financier ou politique avec Tess et Amina, j’ai arrêté d’être jalouse de toutes les femmes dans la vie de Niels. En fait, ses amies sont tout le contraire de moi. » Que partageons-exclusivement en couple, ou exclusivement avec des amis ? Que partageons-nous ensemble avec la famille ou les amis ?

Pardonnons-nous à l’autre ?

Cela nous libère-t-il ? Est-ce que nous pardonnons pour faire plaisir à l’autre ou pour nous libérer du poids de la colère et éliminer la rancœur ? Demandons-nous pardon sans changement concret dans les actes, ou changeons-nous notre comportement avant de demander pardon ? Si quelqu’un nous dit : « Excuse-moi, je voulais vraiment rentrer plus tôt » tous les soirs, sans que rien ne change jamais, cela sert-il à quelque chose ? Pardonner n’a de sens qu’avec un avant et un après. Si l’autre nous dit « pardon » comme une enfant de dix ans le fait avec son cousin parce que nous lui demandons, un peu trop vite, pour se débarrasser du mauvais pas dans lequel il s’est fourgué, sommes-nous satisfait ou frustré ? La relation se resserre-t-elle ou se dégrade-t-elle ? Avons-nous besoin d’un engagement de l’autre dans son pardon, la certitude que ça ne recommencera jamais, la réparation du mal d’une manière ou d’une autre ? Avons-nous envie, tous les deux, de donner, recevoir et pardonner ?

Aimer nous donne une force de vie incroyable.

Est-ce qu’aimer l’autre gratuitement nous donne de la force ?  Avons-nous aimé dans un lien réciproque ? Est-ce que cela nous a apporté force de vie et espérance ? Avons-nous envie d’un amour comme fondation dans notre vie pour construire ensemble ? Voulons-nous une relation d’amour en conscience ? J’ai écrit ce poème comme un chemin de maturité dans la relation de couple.

Ames sœurs

Je me suis sentie si vivante
Dans cette relation innocente
La vie dans toute sa splendeur
Sourire, énergie et bonheur
Tout mon être plein de vie
Bonne humeur dans mes envies
Je me sentais heureuse
Je suis tombée amoureuse

Nous avons appris à nous connaître
A rire, échanger, apparaître
J’ai perçu la vie en lui
Son esprit et ses folies
Ses trésors cachés
Son cœur panaché
Je suis tombée amoureuse de lui
Comme un rêve accompli

Comme disciple et apôtre
Repère et refuge l’un de l’autre
Croissance intérieure
Avec éthique et honneur
Respect de nos âmes humaines
Malgré les embûches et les peines
Actions conformes à nos valeurs
Grandis, en tout, dans nos meilleurs

Partage de nos vulnérabilités
Tourments et créativité
Peurs et authenticité
Soutien avec intensité
Chant de la vie dans tous ses états
Attente, baisers et entrelacs
Dans les flammes, paix de nos cœurs
Rencontre de deux âmes sœurs

[i] Sex and sixty – Poche – Marie de Hennezel – Robert Laffont – 2015