Regrets, remords et rumination

Préférons-nous avoir des regrets ou des remords ?
Le regret est le déplaisir d’avoir perdu, ou être passé à côté de quelque chose ou quelqu’un
. Il peut aussi venir de la contrariété à faire quelque chose qui nous déplaît pour nous-même ou pour autrui. Le regret nous apporte un sentiment de mécontentement et de chagrin.
Le remord vient du fait d’avoir osé, et de devoir constater que nous nous sommes trompé ou que nous n’aurions pas dû le faire. Le remord pèse sur notre conscience. Pour l’alléger, nous pouvons remplacer l’affirmation « Je n’aurai pas dû le faire » par la question « Pourquoi je l’ai fait ? »

Comment choisir entre les deux ?
L’action est-elle vraiment importante pour nous ? Avons-nous le courage et la volonté de changement en pensant aux différentes conséquences possibles ? Cela en vaut-il la peine ou non ? Face à ces questions, nous pouvons essayer de nous observer au maximum en faisant confiance à nos émotions, nos sentiments, notre intuition et nos signaux corporels. Ressentons-nous élan ou lourdeur ? Nous sentons-nous plein d’énergie ou fatigué ? Parmi nos réactions spontanées, certaines sont toutefois automatiques, liées au passé, et ne nous aident pas. Par exemple, mon nerf sciatique se réveille et me fait mal car la situation ressemble à une situation passée. Si nous arrivons à identifier les raisons de nos réactions, nous pouvons leur redonner une place plus ajustée.

En cherchant à comprendre nos motivations, à réaliser les conséquences de nos actes sur les autres, nous pouvons accepter que notre choix en valait la peine, ou que nous nous nous sommes blessé nous-même ou avons blessé une autre personne. Nous pouvons alors nous pardonner à nous-même ou demander pardon, en apportant réparation. La seule possibilité pour nous soulager du regret ou du remord, qui peut nous entraîner dans la rumination, est de revenir dans le présent.

La rumination découle de nos regrets et remords.
Comment arrêter de ruminer ? Observer ce qui nous entoure : les formes, les couleurs, les mouvements, ou passer à l’action, permet d’arrêter de ruminer. Toucher et ressentir ce que l’on touche, par exemple, se frotter le pouce et l’index et porter notre attention sur le contact de la peau. Notre cerveau ne peut pas se concentrer sur deux choses en même temps. Si nous tournons notre attention sur notre environnement concret, les personnes que nous rencontrons, ou une activité, nous ne pouvons pas nous concentrer sur nos ruminations. Observer et agir nous permet donc de continuer à avancer en choisissant de dépasser nos émotions négatives ou nos pensées récurrentes.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s